Brigitte Lagouche, une Championne de France au grand cœur

L’USDK, c’est aussi une famille de bénévoles investis et passionnés à commencer par les membres du Conseil d’Administration. Brigitte LAGOUCHE en est l’un des meilleurs exemples, elle est Vice-Présidente en charge de la Filière Jeune et ce club, elle le connaît très bien puisqu’elle a été Championne de France de Nationale 1 (première division de l’époque) en 1982! Et elle en a vécu des aventures depuis!

Portrait/Interview:

Depuis quand es-tu au club ?

Brigitte Lagouche: « Je suis arrivée au club en décembre 1977. Je venais tout juste de me marier et la décision de venir à Dunkerque n’a pas été facile à prendre car il fallait abandonner tout ce que nous venions de construire ainsi que la famille et les amis. Mais avec Jean-Pierre nous nous sommes lancés et nous n’avons aucun regret de l’avoir fait ! »

 

Qu’est-ce qui t’a menée à l’USDK ?

B.L.: « J’ai commencé le Hand dans un collège à DENAIN. Puis, je suis rentrée dans le club du HBC Denain. C’est l’entraîneur, Serge LECAS, qui m’a transmis cette passion pour le Handball. L’équipe Seniors filles a vite accédé à la Nationale 2 (actuellement, ce serait la Proligue) et rencontrait le club de Dunkerque en championnat.

A l’époque, j’étais gardienne de but et l’entraîneur de Dunkerque, Jean-Marie LEMOINE, m’avait repérée et m’a sollicitée pour que je rejoigne le club de l’USD Handball, en milieu de championnat, afin de renforcer son équipe. Pour l’anecdote, il avait besoin d’une gardienne avec une bonne relance car il avait des ailières très rapides !! La saison suivante, l’équipe accédait au plus haut niveau. »

 

Ton rôle au sein du club ?

B.L.: « Actuellement, je suis membre du Conseil d’Administration de l’USDK et depuis quelques années, j’ai été élue Vice-Présidente en charge de la filière Jeune. »

Parle-nous un peu de toi ?

B.L.: « Tout d’abord, j’ai signé ma 50ème licence de hand cette saison (43ème au sein du club de Dunkerque). Ce serait donc très long de raconter toute ma carrière de : joueuse, maman de joueurs, bénévole, supportrice et maintenant administratrice du club !

J’ai arrêté de jouer à l’âge de 32 ans, après deux grossesses. A l’époque, les filles m’avaient surnommée « super mamie » car certaines avaient 16 ans.

J’ai eu la chance de transmettre la passion du Hand à mes deux fils, Nicolas et Jérémy, et de les voir évoluer au sein des équipes jeunes pour terminer avec l’équipe du Centre de Formation. Équipe avec laquelle ils ont été sacrés Champions de France de Nationale 2 puis de Nationale 1 en 2005 et 2006.

Et cette année, je suis ravie et très fière que mon petit-fils Tom soit inscrit à l’école de hand.  La 3ème génération de LAGOUCHE à fouler les terrains des Stades de Flandres.

Je suis actuellement en retraite depuis 2 ans ce qui me permet de m’investir un peu plus chez les jeunes au quotidien tout en continuant à suivre notre équipe première ! Lors des matches de LNH, je m’occupe de la tribune presse. »

La famille Lagouche

 

L’USDK, c’est quoi pour toi ?

B.L.: « Mon club de cœur, ma deuxième famille !!

C’est le club qui m’a accueillie et qui m’a fait évoluée au plus haut niveau du hand. C’est grâce à l’entraîneur et dirigeants de cette époque que j’ai pu trouver un emploi qui m’a permis d’avoir une belle carrière professionnelle tout en étant joueuse de Nationale 1 (première division de l’époque).

Bien sûr, tout a bien évolué depuis que je suis arrivée sur Dunkerque. J’aime à dire que je dois être la seule, avec Régis GIUNTA, à avoir connu tous les Présidents qui se sont succédé et qui ont fait grandir le club.

Les garçons sont désormais professionnels et évoluent au plus haut niveau depuis de nombreuses années mais l’USDK reste un club où tout acteur à sa place, du bénévole au joueur, qu’il soit professionnel ou amateur. Chacun se côtoie et se croise sans qu’il n’y ait de hiérarchie ni de supériorité.

L’USDK reste un club formateur à tous les niveaux ! et surtout une très grande famille ! »

 

Ton ou tes meilleurs souvenirs ?

B.L.: « Oups, il y en a tellement !!

Mais évidemment, à titre personnel, c’est le titre de Champion de France de Nationale 1 (première division de l’époque), remporté avec l’équipe filles en 1982. Puis en 1983, nous avons gagné la Coupe de France. Ce qui nous a permis de participer à deux coupes d’Europe… et de conserver de très très bons souvenirs et de très belles amitiés qui durent !

J’ai également vécu des moments de joie intensifs à chacun des titres obtenus par notre équipe garçons avec une mention spéciale pour le déplacement en 2011 au sein du mythique Palais Omnisports de Bercy où l’USDK remporte son 1er titre, la Coupe de France, avec un peu plus de 1 200 supporters dunkerquois qui avaient fait le déplacement !

Et pour finir, en fin de saison 2014, l’émotion que j’ai ressentie quand les joueurs sont entrés un par un dans la salle Dewerdt avec leur médaille de Champion de France autour du cou pour être ovationnés par tout le public présent !! J’en garde un excellent souvenir. »

 

As-tu une ou des anecdotes cocasses ?

B.L.: « Il y en aurait plusieurs à mon sens tant ma carrière est longue !!

Peut-être, à titre personnel, une qui m’avait bien fait rigoler à l’époque. Le club participait chaque année avec des équipes jeunes à un tournoi à KREFELD (Allemagne) et en tant que dirigeante j’avais fait le déplacement avec la délégation dunkerquoise. Durant toute une journée, je me suis fait « draguée » par une Allemande qui me faisait des avances !  Lors d’une balade en soirée, afin de lui faire comprendre que je n’étais pas intéressée, j’ai demandé à Régis GIUNTA de se faire passer pour mon petit ami et de me prendre la main. Cela a marché car elle s’est éloignée ensuite !  Je ne peux vous dire jusqu’où je serais allée si cela n’avait pas fonctionné du 1er coup (rires…) mais j’ai remercié Régis pour avoir joué le jeu !! »

 

Des joueurs ou joueuses t’ont-ils marqués plus que d’autres?

B.L.: « Ce serait difficile de les citer sans en oublier.

Évidemment, depuis que je suis à Dunkerque, j’en ai croisé des joueuses et joueurs qui ont tous, à leur manière, marqué leur passage et laissé de bons souvenirs à l’USDK tant pour leurs qualités sportives que pour leur relation humaine. Ce sont ces valeurs-là qui font que l’on apprécie de croiser et d’encourager les joueurs !

Après, je ne peux m’empêcher de penser aux filles de mon équipe des années 80. Nous étions un collectif très soudé avec un très fort esprit d’équipe. Il arrive encore très souvent que certaines reviennent sur Dunkerque et nous éprouvons toujours le même plaisir à nous retrouver autour d’un bon repas. On se rappelle les bons moments et c’est comme si nous nous étions quittées la veille !! »

 

image_print

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer